Helpline Stopline

Coronavirus : Internet atteint-il ses limites ?

Femme en vidéoconférence avec un collègue portant tous les deux des masques sur la bouche
Pexels.com

Depuis la période de confinement provoquée par le coronavirus, un milliard de personnes ont été invitées à rester à la maison. Les internautes, mais aussi les géants d’Internet ont constaté une hausse du nombre de personnes connectées tout au long de la journée et cette augmentation du trafic de données nuit considérablement aux performances des serveurs et des réseaux. Internet atteint-il ses limites ? Que pouvons-nous faire pour éviter cela ?

La bande-passante souffre du confinement

Dans des circonstances normales, la consommation d’Internet suit un modèle prévisible : pendant la journée, le trafic est bas et constant, avec quelques pics pendant le temps de midi. En soirée, il augmente rapidement car la plupart des gens sont à la maison et utilisent des services de streaming.

Depuis la période de confinement liée au coronavirus, près d’un milliard de personnes travaillent de chez eux. Cela conduit à une utilisation plus intense de plateformes en ligne telles que Office 365 et Google Docs.

Mais l’augmentation du trafic ne s’explique pas uniquement par une utilisation intensive des plateformes de travail en ligne ; les services de streaming comme Netflix ou Spotify y contribuent également.

La présence constante des enfants et des adolescents chez eux influence directement la consommation de services comme Netflix : les jeunes l’utilisent presque toute la journée. Les contenus populaires comme les vidéos YouTube et les jeux vidéo en ligne, tels que Fortnite, utilisent aussi beaucoup de données.

Des inquiétudes infondées sur la capacité d’Internet du pays

Au Luxembourg aussi, les fournisseurs d’accès à Internet Post et Eltrona enregistrent une augmentation de 30% de la consommation. Toutefois, les deux entreprises rassurent : la peur qu’ont d’autres pays de dépasser la limite de la capacité du réseau est infondée sur le territoire luxembourgeois.

Les plateformes en ligne aident à décharger les réseaux

Google, propriétaire de YouTube, et Netflix ont pris les devants : les deux sociétés ont annoncé avoir diminué la qualité des vidéos pour les 30 prochains jours afin de soulager partiellement les réseaux.

Chez Netflix, par exemple, cela se traduit par une diminution du débit binaire : les vidéos sont certes disponibles dans la même résolution mais les images contiennent moins de détails. L’entreprise espère ainsi décharger les réseaux européens de près d’un quart de leur trafic. Chez YouTube, les vidéos sont lues par défaut dans une résolution plus faible.

Cependant, les deux entreprises n’ont pas pris ces mesures spontanément. En effet, quelques jours auparavant sur Twitter, l’homme politique français, Thierry Breton, avait – grâce à l’hashtag #SwitchToStandard – fait pression sur les plateformes de streaming pour qu’elles passent d’une diffusion haute définition (HD) à une diffusion standard (SD) dans l’Union européenne.

Comment ne pas saturer le réseau à notre échelle ?

Selon l’UNESCO, un élève sur cinq dans le monde apprend actuellement depuis chez lui à cause des mesures prises dans le cadre du coronavirus. De nombreux parents font également du télétravail et doivent donc repenser l’organisation familiale. Chacun de nous devrait donc faire plus attention à l’autre et adapter un peu son quotidien.

Réduire techniquement sa consommation

D’un point de vue technique, il existe différentes possibilités pour réduire la pression sur les serveurs des différents services en ligne :

  • évitez d’utiliser les services de streaming et les jeux en ligne pendant les heures de bureau. Gardez ce type d’activités pour vos pauses ou pour le soir lorsque vous avez tout le temps pour vous détendre.
  • renoncez à regarder des vidéos en streaming en qualité 4K ou HD, même si cette résolution est disponible. Rappelez-vous #SwitchToStandard !
  • téléchargez votre musique favorite : si vous aimez la musique et que vous écoutez souvent les mêmes albums, vous pouvez utiliser des services comme Spotify, Apple Music, Deezer, Napster, Google Play Music, etc. pour les télécharger directement sur votre téléphone ou tablette et ainsi les écouter hors ligne.
  • essayez de réduire la consommation en streaming de votre ménage en regardant le même film ensemble au lieu de consommer plusieurs contenus individuellement.
  • choisissez plutôt des jeux vidéo qui fonctionnent hors ligne. De cette manière, vous ne surchargez pas inutilement le réseau dont d’autres pourraient avoir besoin pour des choses plus obligatoires.

Vous pouvez également agir à un niveau humain avec une consommation équilibrée et responsable des médias numériques.

Consommer raisonnablement et de façon équilibrée

BEE SECURE vous recommande la méthode « 1+1=0 ». Cela signifie que pour chaque heure passée sur Internet ou devant un écran, vous devez faire 1h d’activité dans la « vraie » vie. Bien sûr, il est plus compliqué en cette période de virus de passer du temps à l’extérieur, mais sur Internet vous pouvez trouver facilement des conseils pour vous dépenser physiquement en restant à la maison.

Planifiez votre journée pour éviter l’ennui. Un emploi du temps irrégulier mène vite à s’embêter et donc à vouloir se distraire. Le site SchoulDoheem a publié un guide sur le sujet de « Mieux vivre l’isolement ». Vous trouverez d’autres conseils et beaucoup d’activités pour occuper les enfants sur KannerDoheem, un nouveau site dédié aux élèves de primaire et à leurs parents.

 

Sources : Theverge.com, focus.de, arstechnica.com, twitter.com  

Les acteurs derrière BEE SECURE

Initiée par :

Logo partenaire

Opérée par :

Logo partenaire Logo partenaire

En partenariat avec :

Logo partenaire Logo partenaire Logo partenaire

Cofinancée par :

Logo partenaire